Bonneuil en Berry

Bonneuil en Berry

Le téléphone public à Bonneuil

 

Quand nous sommes arrivés dans cette commune en 1977, il fallait un certain délai pour obtenir une ligne téléphonique, nous allions donc téléphoner au « téléphone public » chez Robert et Janette…

Ce sont les premières personnes de Bonneuil que je rencontrais, ils étaient  bien sympathiques.

 

 RobertS-8894_ombre.jpg

 

   

Robert, maintenant seul, 90 ans le 22 mai prochain, raconte :

« Nous sommes arrivés en 1951 ou 52, je ne sais plus, avec ma femme, nous vivions ensemble depuis plusieurs années à Paris, mais ici c’était pas pareil… nous nous sommes donc mariés, un soir après mon travail à 20h, rien que nous et les témoins, je ne sais pas s’il y a eu beaucoup de mariages comme ça à Bonneuil …»

 

 « Le téléphone public nous l’avons pris en 1964 ; ça nous permettait d’avoir le téléphone à la maison… il y avait 4 ou 5 personnes par semaine qui venaient téléphoner; j'étais conducteur de cars…»

 

« A ce moment là il y avait une bonne ambiance à Bonneuil, j’étais au conseil municipal, monsieur Bellot était maire… on se réunissait 2 fois par semaine pour taper la belote et le dimanche on allait au foot avec lui.  Après, beaucoup plus tard il y a eu le « club du 3ème âge » c’était bien. Maintenant les gens ne se parlent même plus, ils ne fraternisent plus,  ils ne se connaissent même pas. J’ai rencontré à la boucherie à Chaillac madame L, ça fait bien 10 ans qu’ils habitent ici jamais on ne s’était parlés… »

 

RobertS-8895_400_Ombre.jpg                   "Mon jardin c’est le jardin potager que j’ai transformé, j’y ai planté 120 ou 130 pieds de rosiers, 3 camélias, 4 rhododendrons, 2 lilas des indes, glycines,  clématites, bignones  … c’est ma                       vie. Tant que je pourrai me traîner dans mon jardin, je serai sûr de vivre, mais le jour où je ne pourrai plus y aller, ce sera la fin inévitable pour moi »

 

 

« J’aime bien dialoguer avec les gens de n’importe quoi, souvent ce sont des choses que je ne connais pas surtout au sujet de la nature, c’est surtout la vie de la nature, c’est ça qui m’intéresse… je lisais beaucoup de livres d’Histoire j’aime beaucoup l’Histoire mais maintenant je ne peux plus lire, je n’y vois plus assez… »

 

 

 

DSCN3089_ombre.jpg « La guerre ??? Je suis parti en février 40, j’avais signé un engagement à Bélâbre pour le 5 ème chasseur d’Afrique à Alger  … je suis arrivé Chateauroux et j’y suis resté 2 ou 3 mois, ils ne voulaient plus nous laisser partir et un beau jour, dans le couloir de la caserne, avec 2 ou 3 copains on a vu une affiche où ils cherchaient des militaires qui avaient tous les permis (ceux qu’on avait passés) pour un déplacement à faire vers un pays dont on ne nous donnait pas le nom et avec une destination inconnue… on était 3 ou 4 et on a demandé à partir, j’ai laissé tomber les cours de brigadier… 15 jours après, « untel untel untel vous partez demain matin » On nous a pas donné pas grand-chose comme bagage... On a pris le train pour Marseille … arrivés  à Marseille on a poireauté 15 jours ou 3 semaines au camp des évadés coloniaux.
    On est partis comme des clandestins, habillés comme des clodos, on nous a descendus dans les cales et puis on ne sortait plus…direction inconnue. On est resté 3 jours à Gibraltar on nous empêchait de passer( les Allemands).On est reparti et 31 jours après, ma foi,  on a débarqué dans un port plein de cacahuètes, plein de machins-trucs-bidules…on était à DAKAR ! De là, on nous a envoyé à Bamako, on y est resté 4 jours et on est redescendu au Sénégal. Au mois d’octobre on est allé rejoindre Leclerc en SYRIE et là, la guerre a vraiment commencé… On avançait comme des robots sans  trop réfléchir, il fallait le faire… et puis il y avait Leclerc, quel « patron » il savait passer au milieu des troupes et nous encourager, dire les bons mots…demander des nouvelles etc…»

 

 

 

RobertS-8915_ombre.jpg «Je crois que quand on vient au monde, on a une ligne et une destinée, notre vie est écrite avant qu’on naisse…on ne se rend même pas compte, c’est pas nous qui décidons, j’ai fait 4 ans de guerre, j’étais chauffeur de chars, j’ai juste eu une petite égratignure…c’est tout, j’ai vu des chars sauter, j’avais un char de reconnaissance, c’est moi qui conduisais le char du colonel M., (ou De L) j’ai jamais eu une égratignure, rien , pourquoi ?  
  Il y avait quelque chose qui me guidait, qui me protégeait c’est tout ! on a beau essayer de dire je veux pas faire ça ou ça…pof un jour on y arrive, c’est notre destinée… j’ai fait des choses que, comme ça de sang froid j’aurais pas faites et je me dis « comment t’a fait ça ? » RobertS-8932_ombre.jpg

 

 

 

 

 RS_sepia_300.jpg

 

  Merci Robert....

 

 

  Robert nous a quitté ce mercredi 1er février 2012

 

 

 

 

 

 

 



03/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres